Montauban : merci à la police municipale et à la police nationale

Cet après-midi à Montauban, une dame a été blessée par un homme avec un couteau devant la Poste et le crédit mutuel. Des informations que nous avons, ses jours ne sont plus en danger.

Merci à la police municipale et à la police nationale pour leur action rapide, courageuse et efficace, qui a permis de mettre fin aux agissements de l’agresseur et d’éviter qu’il y ait plus de victimes.

Portes ouvertes du centre universitaire de Montauban

20170204-montauban-centre-universitaire4  20170204-montauban-centre-universitaire3 20170204-montauban-centre-universitaire2 20170204-montauban-centre-universitaire

Samedi 4 février, portes ouvertes au centre universitaire ! Nous y étions, avec Dominique Sardeing-Rodriguez (présidente du groupe PS au conseil départemental), Cathie Bourdoncle (conseillère départementale de Montauban), Patrice Garrigues (conseiller régional d’Occitanie) et Olivier Fournet (qui ce jour là avait sa casquette d’inspecteur directeur de la formation au rectorat de Toulouse).

Nous avons échangé avec :

  • Madame Mouannes (vice-présidente de l’université Toulouse 1 Capitole, en photo ci-dessus) pour la filière droit ;
  • et Monsieur Daniel Lacroix (président de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès) pour les filières proposées à Montauban par l’Institut Supérieur Couleur Image Design (ISCID)

Ce fut l’occasion de constater une nouvelle fois l’excellence des formations proposées et la spécificité du campus de Montauban qui conserve une taille humaine, ce qui permet un suivi plus rapproché des étudiants.

Ce fut aussi l’occasion d’aborder la question des conditions matérielles du campus… car rappelons-le, c’est le conseil départemental qui porte à 100% les frais de fonctionnement du centre universitaire (cela doit être le seul conseil départemental à agir ainsi), la majorité actuelle de la mairie de Montauban montrant peu d’empressement à investir pour les étudiants. Pour que les étudiants aient un cursus le plus complet possible, il faudrait qu’ils puissent pratiquer le sport. Or à ce jour aucune salle n’est mise à leur disposition par la mairie de Montauban. Heureusement, ils bénéficient désormais d’un accès à prix réduit à la piscine, la différence entre le prix réduit et le prix normal de l’entrée étant prise en charge par … le seul conseil départemental.

Voici le lien vers le centre universitaire de Tarn-et-Garonne, et ci-dessus quelques photos des réalisations des étudiants

Conseil municipal du 2 novembre 2016

Communiqué de Montauban Demain suite au conseil municipal du 2 novembre 2016

Il était un temps où Montauban était en tête d’affiche, avec 3 festivals qui n’existaient nulle part ailleurs et qui nous identifiaient bien dans la région et même dans toute la France. C’était le mois de mai avec les découvertes « d’Alors chante » qui pendant 30 ans a donné du souffle à la chanson francophone, c’était la première quinzaine de juillet avec les voix trentenaires du festival de jazz de Montauban, c’était enfin la seconde quinzaine de juillet avec ses « danses en places » qui ravissaient le public venu des quatre coins du Tarn-et-Garonne… Chaque festival attirait son public, content de se retrouver à Montauban et d’y venir parfois de loin.

Mais ce temps-là est bel et bien révolu depuis que la maire de Montauban a décidé d’y mettre un terme sans préavis. Elle a remplacé ces 3 joyaux par un pseudo festival consistant à acheter sur catalogue des spectacles clef en main auprès de maisons de production parisiennes qui n’ont plus rien de local … Peut-être considère-t-elle qu’il n’y a chez nous aucun talent à faire monter sur scène.

Ce soir, lors du conseil municipal, elle a pour la 1ère fois mis à l’ordre du jour ce « pseudo festival », qui en 2016 a  eu 14 000 entrées payantes. On a ainsi découvert un budget avoisinant les 1 million d’euros reposant sur 600 000 euros de subventions pressenties  ou demandées. Quelle que soit la collectivité qui les verse, ces subventions publiques émanent toujours de vos impôts. Ainsi la mairie  veut utiliser vos impôts pour payer des grandes sociétés de production plutôt que soutenir la création comme c’était le cas auparavant

Les intérêts de la ville sont bradés

Voici notre communiqué suite au conseil municipal

Les intérêts de la ville sont bradés

Il y a quelque temps, la maire de Montauban a indiqué accepter entreprendre les travaux de rénovation du clocher de l’église de l’Immaculée conception, qui a été fragilisé par la tempête du 31 août 2015 au point d’en devenir dangereux.

Attention, cette rénovation est acceptée par la mairie, à condition de se faire sans le remontage de la flèche, dont le coût est estimé autour de 700 000 euros. C’est effectivement beaucoup d’argent. Mais cette flèche marque depuis plus de 150 ans l’entrée Est de Montauban, elle fait partie intégrante de notre patrimoine dont la mairie a la responsabilité depuis la loi de 1905.

Mais comme souvent à Montauban, il y a 2 poids 2 mesures. Ainsi, d’un côté la mairie ne veut pas débourser 700 000 euros de plus pour la flèche de l’église de l’Immaculée conception, mais de l’autre s’empresse de faire cadeau de plus de 300 000 euros à la société qui exploite la piscine INGREO (rappelons que cette dernière reçoit déjà 900 000 euros par an de la mairie, payés avec vos impôts). A l’occasion du conseil municipal du 6 octobre, la maire de Montauban a demandé à sa majorité de voter « un avenant transactionnel » supplémentaire avec la société qui exploite la piscine : cet amendement dit tout simplement que la mairie renonce à réclamer pour près de 300 000 euros de pénalités à la société qui exploite la piscine.
Bilan de l’opération de Madame le Maire : non au patrimoine, oui aux intérêts financiers de la piscine.

Pour Madame le Maire, les amoureux de Montauban et de son sublime patrimoine – y compris religieux – n’ont qu’à se faire une raison : ils comptent moins à ses yeux, que les sociétés du CAC 40 avec lesquels elle conclut des contrats de concession, en en faisant tranquillement payer les avenants qui s’accumulent au fil des ans par les impôts des Montalbanais. En février 2015, la Cour des comptes l’avait bien dit : le contrat signé par la maire de Montauban fait partie « des contrats ne protégeant pas toujours les intérêts de la personne publique ». A cette observation la maire de Montauban avait répondu « je vous informe que ce rapport n’appelle pas d’observation de ma part ».

 

La maire de Montauban prive de salle de sport les collégiens de Ingres, Jean Jaurès et Olympe de Gouges, pour régler ses différends avec le président du conseil départemental qu’elle a contribué à faire élire

La maire de Montauban prive de salle de sport les collégiens de Ingres, Jean Jaurès et Olympe de Gouges, pour régler ses différends avec le président du conseil départemental qu’elle a contribué à faire élire 

Ce jeudi 21 juillet s’est tenue à Montauban une séance de conseil municipal.

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que Madame le maire a choisi la fin juillet pour dénoncer en catimini une convention qui permet aux collégiens de Montauban d’utiliser des équipements municipaux pour pratiquer le sport scolaire.

Cette convention avait été signée par les maires socialistes Hubert Gouze puis Roland Garrigues, pour permettre aux collégiens des collèges Ingres, Jean Jaurès et Olympe de Gouges d’avoir leur cours de sport dans des équipements municipaux.

Les élus de la majorité de Madame le Maire ont voté pour la dénonciation de cette convention. Nous avons voté contre… pas tant sur la légitimité à vouloir renégocier une convention dans le cadre de la loi, mais sur la méthode. Attendre la fin juillet pour dénoncer une convention, alors que la rentrée scolaire est dans un mois, revient tout simplement à prendre en otage les collégiens montalbanais ! Et cela, nous ne l’acceptons pas.

Le vote de la majorité municipale signifie que si un accord n’est pas trouvé en août entre Madame le Maire et le président du Conseil départemental, alors les collégiens de Ingres, Jean Jaurès et Olympe de Gouges n’auront plus d’endroit pour pratiquer le sport scolaire en septembre 2016, puisque Madame le Maire leur fermera les portes des installations municipales..

Cette décision de Madame le maire est uniquement la conséquence de ses différends avec le président du Conseil départemental… qu’elle a pourtant aidé à se faire élire en 2015. Il est insupportable que des élus prennent en otage l’intérêt public, pour régler leurs différends. Cette situation intervient alors que Madame le Maire vient d’apprendre que le tribunal administratif de Toulouse lui avait donné tort, dans une des procédures qu’elle a intentées contre le conseil départemental.

 

Pauline BLANC

José GONZALEZ

Arnaud GUITTARD

Valérie RABAULT

Carole SCHUMANN

Gaël TABARLY

 

Non à l’augmentation de la cantine scolaire

Voici notre communiqué suite au conseil municipal

Pour Montauban Demain

Arnaud Guitard

Valérie Rabault

Gael Tabarly

 

Non à l’augmentation  de la cantine  scolaire

C’est sous couvert de « simplification des démarches administratives des familles » que Mme le maire et sa majorité ont augmenté la cantine scolaire. Cette augmentation touchera en priorité les classes moyennes : un couple avec 2 enfants, ayant entre 2300 et 3300 € de revenus par mois, devra débourser à la rentrée prochaine près de 36 euros de plus pour la cantine de ses enfants (54 euros s’il a 3 enfants). Après l’augmentation des tarifs des transports de l’an dernier, celle de 120 euros de la taxe d’habitation et de la taxe foncière en 2016, Mme le Maire et sa majorité finiront par coûter à ce couple plus de 200 euros de plus en moins d’une année !

Mme le Maire justifie ces hausses en accusant l’Etat. Elle oublie de dire que 1,5 millions d’€ ont été octroyés par l’État à la ville pour accompagner ses habitants pour la rénovation énergétique. Elle oublie de mentionner les 2 millions d’euros (État + ANAH) pour le contrat de mixité qui vise à embellir la ville. Elle éclipse les 3 postes d’enseignants qui n’ont pu être affectés par le Ministère de l’Education Nationale faute de salles de classe pour les accueillir.

Avec près de 150 millions d’euros de dettes cumulées à Montauban, Mme Barèges n’a plus les moyens de financer ses dépenses prestigieuses (la future patinoire, …..) : c’est donc à vous qu’elle demande de payer.

Enfin à Montauban tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.  Quand la mairie cède un parking situé résidence Villenouvelle, elle le vend 6700 euros hors taxe à un citoyen montalbanais mais seulement  6030  euros hors taxe (soit près de 700 euros de moins) lorsque l’acheteur est une conseillère municipale de l’équipe de Mme Barèges.

 

Une nouvelle séance du conseil municipal s’est tenue le jeudi 21 avril

Une nouvelle séance du conseil municipal s’est tenue le jeudi 21 avril. Beaucoup de délibérations ont porté sur des demandes de subvention. A l’heure où Madame le Maire ne cesse de critiquer l’État, elle compte pourtant sur ce dernier pour lui verser 7,2 millions d’euros….au titre du fond exceptionnel créé  à l’automne dernier par les députés lors du vote de la loi de finances . L’objectif de ce fonds est de favoriser  l’investissement sur notre territoire et ainsi les commandes pour les entreprises de BTP.

Comme quoi, certains n’hésitent pas à critiquer l’État en permanence…quand bien même il augmente les moyens pour l’investissement ! Mais au conseil municipal de Montauban, la majorité n’est pas à une contradiction  près