Rentrée judiciaire en 3 temps pour le Tarn-et-Garonne

La rentrée judiciaire s’est déroulée en 3 temps ce vendredi 19 janvier 2019 :

  • celle du tribunal de commerce. Voici le lien vers l’article de la Dépêche du Midi
  • celle des prudhommes. Se sont exprimés le président actuel émanant du collège employeur et en fonction pour un an et le président précédent émanant du collège salarié. Ce dernier est revenu sur l’impact des ordonnances dans le cadre de la loi travail.
  • celle du tribunal de grande instance. A ma grande surprise, les intervenants ont assez peu – voire quasiment pas – commenté le projet de loi justice en cours de discussion à l’Assemblée nationale, malgré les 2 grèves des avocats du barreau de Montauban. Voici quelques-uns des reproches que l’on peut faire à ce texte.

 

Sainte-Barbe des centres de secours des sapeurs-pompiers de Tarn-et-Garonne

Le Tarn-et-Garonne compte 25 centres d’incendie et de secours, dont 13 se trouvent sur la 1ère circonscription. Petit retour en photos sur les 3 premières Sainte-Barbe de l’année auxquelles Gérard Craïs et moi-même avons participé.

Nous reviendrons sur les avancées que nous défendons pour les sapeurs-pompiers.

  • Montauban, samedi 12 janvier 2019

  • Nègrepelisse, vendredi 18 janvier 2019

Crédit photo : Maurice Correcher

  • Corbarieu, samedi 19 janvier 2019

Cérémonie des vœux des associations

Ce début d’année est aussi l’occasion pour les associations de présenter leurs projets pour 2019. Comme dans de nombreux départements, le tissu associatif souffre des mesures adoptées par le Gouvernement et sa majorité depuis 18 mois :

  1. Chute du nombre de créations d’emplois aidés qui bénéficiaient essentiellement aux associations et aux petites communes. D’une moyenne de 2200 créations par an, le 82 est tombé à moins de 500 créations de contrats aidés en 2018, ce qui est donc 4 fois moins.
  2. Suppression de la réserve parlementaire qui permettait d’accompagner le financement de petits projets (par exemple, en 2017, 46 associations ont pu bénéficier de la réserve parlementaire que j’avais la possibilité de flécher)
  3. Baisse des financements des associations sportives via le CNDS

Retour en images sur quelques cérémonies auxquelles j’ai participé :

  • Montauban, Jeune Chambre Économique (JCE), samedi 19 janvier 2019. Elle fêtera ses 20 ans cette année.

Crédit photo : Patrice Garrigues

Voici le lien vers l’article de la Dépêche du Midi

  • Montauban, comité départemental olympique, mardi 8 janvier 2019. Le Tarn-et-Garonne fait partie des 20 départements de France qui compte le plus de licenciés rapportés à la population départementale.

Crédit photo : Patrice Garrigues

 

Cérémonies des vœux dans les communes de la circonscription

Ce début d’année est l’occasion de cérémonies de vœux dans les communes. Outre leur côté convivial et chaleureux, ces cérémonies sont l’occasion pour les élus de présenter leurs réalisations de 2018 et d’annoncer les nouveautés et chantiers pour 2019. Chacune à sa façon illustre la volonté des élus de faire avancer leurs territoires. Mises bout à bout, elles témoignent de l’énergie qui existe et qui n’est malheureusement pas valorisée comme elle devrait l’être.

Retour en images sur les cérémonies auxquelles j’ai assisté :

  • Albias, vendredi 11 janvier 2019

  • Monteils, vendredi 11 janvier 2019

Voici le lien vers l’article de la Dépêche

  • Lafrançaise, samedi 12 janvier 2019

  • Lamothe-Capdeville, samedi 12 janvier 2019. La cérémonie fut l’occasion de remise des médailles d’honneur communales, départementales et régionales à des élus qui totalisent plus de  20 ans de mandat. Face au zapping  » qui semble frapper le monde politique, il y a la ténacité, la persévérance et l’endurance de maires et d’élus de petites communes qui se battent pour leurs territoires.

Voici le lien vers l’article de la Dépêche du Midi

  • Labarthe, samedi 12 janvier 2019 en présence de Gérard Craïs, député suppléant et maire d’Auty

Voici le lien vers l’article de la Dépêche du midi

  • Auty, dimanche 13 janvier 2019

  • Genebrières, dimanche 13 janvier 2019

Voici le lien vers l’article de la Dépêche

  • L’Honor de Cos, dimanche 13 janvier 2019

  • Lapenche, samedi 19 janvier 2019 en présence de Gérard Craïs, député suppléant et maire d’Auty

  • Reyniès, samedi 19 janvier 2019 en présence de Carole Delga, présidente de la région Occitanie

Voici le lien vers l’article de la Dépêche du Midi

Rencontre avec une délégation du mouvement des gilets jaunes

Vendredi 28 décembre dernier, j’ai rencontré à Montauban, avec plusieurs élus (Gérard Crais, député suppléant et maire d’Auty, Jacques Moignard, maire de Montech, Arnaud Hilion, conseiller municipal de Montauban, Dominique Sardeing-Rodriguez, conseillère départementale de Montech), une délégation départementale du mouvement des gilets jaunes. Cette délégation (Romain, Peggy, Julien, Jean-Luc, Bernard, Martial, Germain, Jean-Marc, Marie-Chantal, Marie-Noëlle, Pascal, Marie, Guillaume, David, Jean-Paul, …) était composée d’actifs, de retraités, de personnes au chômage, d’étudiants venus de Montauban, Albias, Septfonds, L’Honor de Cos, ;…
Pendant près de 2 heures, nous avons eu une discussion posée, argumentée et sérieuse autour de leurs revendications, des raisons de leur mouvement et des suites qu’ils attendent.
Les quelques lignes qui suivent visent à relater quelques-unes des propositions dont nous avons débattu. Elles seront sans doute insuffisantes pour traduire l’ambiance respectueuse, déterminée, constructive qui a entouré cette réunion, et qui malheureusement est peu traduite dans les reportages que nous pouvons voir sur les chaînes d’information en continu.
Voici les principales revendications portées par la délégation et dont nous avons débattu :

Lire la suite

14ème cross René Arcuset

Crédit photo : P. Fischer

Plus de 700 coureurs ont participé au 14ème René Arcuset, par un superbe soleil et aussi un vent fouettant ! Ce fut une très belle édition, à la fois sympathique et avec de beaux résultats sportifs.

Pour ce retour sur les pistes montalbanaises, Mathilde Sagnes (en photo) a remporté le cross des As féminins.

Blanchisserie Bargues de Montauban : l’ambition « 30 glorieuses » portée par 5 générations

Vendredi 1er juin, la blanchisserie Bargues a inauguré ses nouveaux locaux en présence de ses salariés (en photo), de ses clients, de nombreux entrepreneurs du Tarn-et-Garonne et de quelques élus. Au-delà du côté convivial et sympathique de l’inauguration, la success story mérite quelques lignes.

Entreprises familiales : un modèle qui a façonné les 30 glorieuses

Les entreprises familiales sont de moins en moins nombreuses dans notre pays. Pourtant, ce sont elles qui, avec quelques grands groupes au départ pilotés par l’État, ont façonné l’économie française et contribué à l’émergence des 30 glorieuses. Le Tarn-et-Garonne a la chance d’en compter encore quelques-unes : par exemple, Farella dans l’aéronautique, Pécou pour les dragées ou encore Cave-Gualino dans la santé. La blanchisserie Bargues partage avec ces fleurons l’inscription d’un succès porté par l’histoire familiale, désormais incarnée par sa 5ème génération : elle est aujourd’hui la seule blanchisserie indépendante de la région Occitanie (toutes les autres appartiennent désormais à des grands groupes).

Cinq générations se sont succédé à la tête de l’établissement, et chaque génération a compris que prendre la direction d’une entreprise familiale, ce n’est pas gérer un héritage patrimonial ni une rente. Chaque génération a réussi parce qu’elle ne s’est pas contentée de faire perdurer le modèle existant. Elle a innové en intégrant les enjeux de son époque et en les transformant en levier.

Les enjeux d’aujourd’hui comme leviers de création de valeur

Pour la blanchisserie, les enjeux d’aujourd’hui sont doubles : la qualité de service apportée aux clients et l’enjeu environnemental. Cela peut paraître un peu anodin de le dire ainsi, comme si ces 2 enjeux n’existaient pas auparavant. Bien sûr qu’ils existaient ! Mais ils n’étaient pas aussi vitaux : aujourd’hui, la concurrence a changé de dimension tant sur le plan géographique que sur les modes de consommation. Le modèle de l’entreprise familiale est désormais concurrencé sur son propre périmètre géographique – ce qui n’était pas le cas auparavant –  par des grands groupes qui pratiquent la stratégie des prix cassés pour accroître leur part de marché : cela exige d’accroître les facteurs de différenciation pour « conserver ses clients » et mieux en récupérer de nouveaux. Cette donne là est parfaitement intégrée par la blanchisserie Bargues reconnue pour la qualité de son travail (à ce titre, le commentaire d’un chirurgien louant la minutie du repassage des cols de ses blouses est éclairant !)

Quant à l’enjeu environnemental, il a été transformé en levier pour réduire les coûts. Pour respecter les normes environnementales et même aller au-delà, la blanchisserie a mené de lourds investissements dans des matériels et process innovants. Résultat des courses : elle consomme 3 fois moins d’électricité que ses concurrents classiques et 4 fois moins d’eau que les machines à laver domestiques. Au final, elle dispose d’une installation intelligente qui pollue moins, et qui « en même temps » dépense moins : ceci réduit ses coûts de production ce qui lui permet de positionner sa qualité de service supérieure aussi en prix face à ses concurrents.

La 5ème génération en mode duo

Une entreprise familiale, c’est plus qu’un business. Vu de l’extérieur, il y a une forme d’alchimie : on se demande toujours comment cette passion, cet enthousiasme arrive à se transmettre de génération en génération. Thierry – la 4ème génération – a confié qu’il savait « que sa fille reprendrait un jour l’entreprise. Petite, elle venait voir les nouvelles machines ».

Pourtant, cette alchimie ne se décrète pas. C’est le patrimoine intangible qui existe dans une famille : c’est un patrimoine qui ne se vend pas, qui ne s’achète pas, qui se transmet par la foi dans le travail et la capacité à avoir envie de faire des choses. Vu de l’extérieur cela ressemble à une force incroyable qu’on ne sait pas décoder. Vu de l’extérieur, on se dit aussi que c’est ce qui manque au capitalisme financier qui a perdu cette foi là, et qui finira du coup tout simplement par se perdre.

L’histoire de la 5eme génération, c’est celle d’un couple moderne – Stéphanie et Julien – et pleinement ancré dans le 21e siècle qui contrairement aux recommandations des Tontons flingueurs a momentanément quitté Montauban pour faire ses premières  armes ailleurs, découvrir et se confronter à la gestion et au management dans des grands groupes français et anglo saxons. C’est armés de cette expérience que Stéphanie et Julien ont pris les rênes de la blanchisserie, et l’ont fait rentrer dans une nouvelle modernité, passant de 1300m² à 3600m² avec des machines du dernier cri en matière de technologie. Quand on les écoute parler de leur projet et de leur réalisation, on sent leur « niaque » : pas une niaque pour eux, mais une niaque communicative qui emporte l’adhésion. Vendredi soir, c’était émouvant de voir les 28 salariés rassemblés autour d’eux, affichant un véritable esprit d’équipe. Autre détail qui ne trompe pas : les nouveaux équipements ont été pensés et installés dans l’objectif de réduire la pénibilité du travail (chaleur, éviter à avoir à pousser des chariots lourds de linge surtout quand on sait que chaque jour ce sont 10 tonnes de linge propre qui sortent de la blanchisserie !)

Vous l’aurez compris : la blanchisserie Bargues fait partie des pépites de Montauban !

Lien vers le site Internet de la blanchisserie Bargues