Rentrée scolaire 2019 en Tarn-et-Garonne

À l’occasion de cette journée de rentrée scolaire, je me suis rendue dans les écoles de Septfonds et de Puylaroque.

Je remercie les chefs d’établissement, les professeurs, les élèves, les parents, les agents municipaux, départementaux et régionaux pour leur accueil ainsi que l’Inspection académique de Tarn-et-Garonne. Je salue tout particulièrement les élus, enseignants et agents des écoles et collèges de Septfonds et de Caussade qui accueillent cette année une 20e de réfugiés Yézidies.

Plusieurs nouveautés de cette rentrée scolaire interpellent :

  • Le dédoublement des classes de CE1 pour les réseaux prioritaires d’éducation (REP) se traduit en réalité par un « dédoublement redoublé ». Ce dédoublement a été mis en place par le gouvernement pour renforcer l’accompagnement d’élèves vivant dans les quartiers dits prioritaires. Or, faute de créations de postes d’enseignants, certaines classes n’ont pu être dédoublées qu’à condition de compter un double niveau (CP / CE1). Ceci est contraire à ce qui a été annoncé par le Gouvernement. C’est pourquoi j’ai interpellé la semaine passée le Ministre de l’éducation nationale (cette interpellation sera publiée au journal officiel le mardi 3 septembre).

Pour mémoire, en matière de créations de postes, il y a eu :

    • entre 2012 et 2017, 69 créations de postes dans les écoles de Tarn-et-Garonne, soit une moyenne de 14 créations par an.

Pour cette rentrée 2019, seule 1 création est prévue et depuis 2017, seuls 2 postes ont été créés (3 postes créés dans le public et 1 suppression dans le privé).

    • entre 2012 et 2017, 190 créations de postes dans les collèges et lycées de Tarn-et-Garonne, soit une moyenne de 38 créations par an.

Pour cette rentrée 2019, seules 20 créations sont prévues, soit deux fois moins que sous le précédent quinquennat.

  • La réforme du lycée qui entre en vigueur pour cette rentrée 2019 suscite des inquiétudes que les récentes déclarations du Ministre de l’éducation n’ont pas levées.
    • Forte baisse des heures d’enseignement ;
    • Inégalités entre les lycées qui pourront proposer par exemple 12 options et les autres qui ne le pourront pas ;
    • Inégalités entre les territoires : parce que les métropoles comptent par définition plusieurs lycées sur leur territoire, un lycéen aura toujours la possibilité de ne pas aller dans son lycée de secteur mais de choisir le lycée qui propose les options souhaitées. Cela sera évidemment impossible pour les lycéens de Tarn-et-Garonne.
    • Absence de coordination avec l’enseignement supérieur pour lequel aucune réforme n’est prévue pour s’adapter à cette nouvelle organisation du lycée. Par conséquent, les anciennes filières ES, L et S vont être recréees artificiellement au travers des options… pour celles et ceux qui disposent des « bons » circuits d’information. En procédant ainsi, le Gouvernement favorise les lycéens dont les familles pourront les aider à construire des parcours rentrant dans les nouveaux critères de Parcoursup. Pour les autres ce sera la loterie.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s