Jean Guthmüller

Photo qui date de  2013 : de gauche à droite Gérard Craïs (maire d’Auty, devenu depuis député suppléant), Valérie Rabault, Jean Guthmüller (maire de Vazerac jusqu’en 2014), Guy Hébral (maire de Molières jusqu’en 2014 et ancien conseiller général), Maïté Luengo (adjointe au maire de Puycornet), Jean-Claude Hébrard (maire de Labarthe, décédé depuis)

Samedi 2 mars, Jean Guthmüller, qui fut maire de Vazerac pendant 15 ans, de 2001 à 2016, s’est éteint. C’est une grande tristesse.

Jean Guthmüller, est avant tout une voix, une voix grave, calme, posée et rassurante qui traduit tout à la fois la profondeur de la réflexion et la chaleur de l’humanité. Aujourd’hui, c’est cette voix que nous n’entendrons plus et qui nous manque déjà.

Une voix au regard malicieux, qui va de l’avant. Aller de l’avant aurait pu être sa devise tant il a construit que ce soit au lycée Bourdelle et bien sûr à Vazerac. Un ancien élève disait de lui que « partout où il passe, il transforme ». C’est vrai. Chez Jean, il y a l’obsession de préparer en permanence l’avenir, et de ne jamais se laisser bercer par le ronron du présent. A Vazerac, on lui doit un soutien inconditionnel à la Grange où il aimait tant à emmener ses visiteurs, la très belle extension de l’école, les lotissements, la volonté d’aménager le centre bourg, …

Pour réussir tout cela, il faut déployer une volonté de fer et une immense énergie, tant les embûches administratives peuvent être tenaces.

Ne jamais se soumettre aux contrariétés mais en rire aussi. Je me souviens de discussions à bâton rompus où nous finissions par rire des absurdités de quelques règlements administratifs, plutôt qu’avoir à se lamenter du mépris pour les campagnes que nourrissent quelques technocrates parisiens. Cet humour et ce rire malicieux n’étaient peut-être pas ce que l’on découvre au premier abord chez cet homme sérieux et rigoureux, mais c’était un vrai rire.

Chez Jean, il y a aussi la générosité, celle qui consiste à donner sa chance à chacune et chacun parce qu’il croit fermement au génie humain, tout en étant inquiet – comme sur le qui vive – de certaines évolutions de notre société. Jean est celui qui incite chacune et chacun à se dépasser, à s’ouvrir aux autres… non pas en pensant que l’herbe est plus verte ailleurs, mais en pensant que le monde mérite d’être connu. Jean a travaillé à l’ambassade de France à Berlin, en Afrique…. toujours avec l’idée de porter le drapeau de la France, c’est à dire en montrant aux autres ce que nous avons de meilleur et ce que nous sommes capables de faire, mais toujours avec un grand respect de l’autre et sans sectarisme.

Que le souvenir de sa générosité, que le souvenir de sa voix, que le souvenir de sa volonté à inviter chacune et chacun à repousser ses propres limites continuent à vivre très longtemps dans nos mémoires.

Au revoir Monsieur le Maire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s