Déclaration au PS82

Lors du conseil fédéral qui s’est tenu lundi 5 février à la fédération du PS82, j’ai informé les adhérents du PS82 que je ne déposerai pas ma candidature pour un 3ème mandat de  première secrétaire fédérale de la fédération du PS82.
Cette annonce correspond à la philosophie que je me fais de l’engagement militant et du non-cumul de mandats ou de fonctions dans le temps. Un parti vit de la vitalité et du renouveau militant, il est donc important que nous le mettions en oeuvre dans le 82.
Depuis quelques jours, l’ensemble des fédérations du PS ont ouvert la phase du congrès, c’est à dire celle qui vise, tous les 3 ans, à débattre  des orientations que nous voulons donner à notre parti et de la gouvernance que nous voulons adopter.
Le PS a été le premier parti politique en France à donner voix au chapitre à ses militants en matière de ligne politique, et d’élection au suffrage direct du premier secrétaire. Sur les territoires, le PS demeure encore l’une des rares formations politiques où les responsables départementaux sont élus, au suffrage direct, par les militants (dans la plupart des autres partis, les responsables départementaux sont « désignés » par la direction nationale). Cette vitalité de la démocratie interne est saine : elle vise à donner à celles et ceux qui souhaitent s’engager toute latitude pour faire entendre leur voix.

Verdict de la commission des infrastructures pour l’Occitanie : du retard pour la LGV et pour POLT

Verdict du Conseil d’orientation des infrastructures pour l’Occitanie : 3 à 13 ans de retard pour la réalisation de la ligne LGV Bordeaux-Toulouse, du retard aussi pour la rénovation de la ligne POLT

En octobre dernier, le Gouvernement a chargé le Conseil d’orientation des infrastructures (COI) de lui proposer une stratégie en matière d’investissements dans les infrastructures de transport.

Le COI a été amené à statuer sur 41 projets ou tronçons ferroviaires : il en a écarté 12, et échelonné 29 dans le temps. La construction de la LGV Bordeaux-Toulouse et la poursuite de la rénovation de la ligne POLT (Paris Orléans Limoges Toulouse) font partie des projets retenus, mais retardés.

  • La construction de la LGV Bordeaux-Toulouse est décalée de 3 à 13 ans selon les scénarios par rapport à ce qui avait été précédemment envisagé. Ceci n’est pas acceptable.
  • Les travaux envisagés à partir de 2020 pour la poursuite de la rénovation de la ligne POLT commenceraient seulement en 2023. Sur la période 2023-2027, ils bénéficieraient de 200 millions d’euros, soit une baisse par rapport au rythme prévu.

Au regard de la dynamique démographique de la région Occitanie, je demande donc au Gouvernement :  

  1. de revoir le calendrier proposé pour la ligne LGV Bordeaux-Toulouse, afin que la ligne soit achevée en 2024 et pas en 2037 comme cela est proposé par le COI.
  2. de maintenir le cap sur la rénovation de la ligne POLT.