École de production de Toulouse !

De gauche à droite : le directeur Gilles Vandecaveye et un jeune à qui je souhaite le même succès que son frère qui a obtenu un CDI dans une grande entreprise toulousaine suite à son passage à l’école de production

A l’heure où le Gouvernement envisage de réformer la formation professionnelle et peut-être aussi l’apprentissage, je me suis rendue lundi 15 janvier à l’école de production de l’ICAM à Toulouse, à l’invitation de son directeur, Gilles Vandecaveye.

Une école de production est un établissement d’enseignement technique qui accueille des jeunes à partir de 15 ans et dont la pédagogie repose à la fois sur des enseignements théoriques (1/3 du temps) et sur une immersion dans un atelier de production dont l’objectif est au final la fabrication de pièces qui sont ensuite vendues aux entreprises. Il y a en France 25 écoles de production.

Seule école de production d’Occitanie, celle de Toulouse compte 45 jeunes de 15 à 18 ans pour les former en 2 ans à des métiers industriels en manque de main d’œuvre, comme la chaudronnerie et l’usinage. Elle a en plus la spécificité de n’accueillir que des jeunes qui ont connu une situation de décrochage scolaire, ou encore des mineurs étrangers.

Voici  le lien vers le témoignage d’élèves et également le lien vers le reportage que France 2 a diffusé le 24 décembre dernier sur l’école de production de Toulouse . Comme le montre ce reportage, tout est mis en œuvre à Toulouse pour que les jeunes qui ont subi une rupture avec notre société puisse retrouver confiance en eux, en acquérant un savoir et une expertise. C’est une démarche de longue haleine qui est portée par des acteurs (dont certains sont tarn-et-garonnais !) passionnés, exigeants et qui défendent l’idée que notre pays, pour assurer sa cohésion, doit se soucier de celles et ceux qui ont eu des accidents de parcours, quelles qu’en soient les raisons. Cet engagement a d’ailleurs été mis à l’honneur par le président de la République François Hollande, qui a remis en août 2016 à la fédération nationale des écoles de production le prix « La France s’engage » qui récompense des projets sociétaux innovants. Cet engagement a également été salué par l’actuel Président de la République, Emmanuel Macron, lors de son intervention à l’ONU.

Je dois avouer que cette visite m’a beaucoup marquée parce qu’elle inscrit ce qu’est la force de l’enseignement, c’est à dire cette capacité à développer et à mettre en avant les talents de chacun. Beaucoup en France parviennent à capter cette capacité dans le circuit classique de l’éducation nationale, et c’est heureux. Mais la responsabilité de notre pays est bien de faire en sorte que chacune et chacun puisse ressentir cette satisfaction de pouvoir « être capable de » et que ce savoir puisse être reconnu.

Un grand merci au directeur de l’école Gilles Vandecaveye ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe enseignante et bien sûr aux élèves dont l’accueil fut particulièrement chaleureux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s