Comice agricole de Nègrepelisse

 

Je voudrais tout d’abord remercier le président Bourdoncle et l’ensemble des membres de l’association du comice, et notamment Madame Sylvie Faure, qui ont beaucoup travaillé pour que ce 167e comice ait lieu. Il est sans doute l’un des plus vieux de France… ce qui montre votre ténacité à avancer et à faire en sorte que l’agriculture puisse être célébrée comme elle se doit, que ce soit dans des heures difficiles ou dans des heures plus faciles.

Aujourd’hui nous sommes dans des heures difficiles, et je voudrais revenir sur trois points.

Le premier pour vous dire qu’il y a tout au long de l’année des dossiers que l’ensemble des élus ont à cœur d’accompagner. Aujourd’hui nous travaillons sur la grêle et le gel puisque le gel que nous avons eu en avril a été vraiment problématique pour l’arboriculture et est sans doute le plus violent que nous ayons connu depuis celui de 1991. Il est d’autant plus problématique que ce gel a été suivi de grêle au mois de juin, ce qui ce qui rendu les choses particulièrement difficiles pour les arboriculteurs de ce canton. Le président Bourdoncle l’a dit tout à l’heure : c’est ce qui explique que nous ne voyons pas derrière nous les stands de fruits que nous avons l’habitude d’avoir. Il y a des dédommagements qui sont permis par l’Etat. Ce sont des dossiers qui sont parfois longs, difficiles, avec des complexités administratives dans tous les sens. La préfecture et la Direction départementale des territoires ont à cœur de vraiment « dépatouiller » au mieux les dossiers pour qu’à Paris on puisse avoir gain de cause.

Au-delà de cet aspect conjoncturel, il y a des sujets de plus long terme. C’est le deuxième point que je voudrais aborder : le nouveau Président de la République a décidé de lancer des assises de l’agriculture, elles ont commencé hier et il y a 14 groupes de travail. Il est important que nous puissions nous faire entendre afin de ne pas laisser les autres décider pour nous. Dans les jours prochains je vais aller voir les uns et les autres pour que nous remontions des propositions tarn-et-garonnaises.

Si je vous dis cela c’est parce qu’au congrès de la FDSEA qui avait eu lieu à Montauban il y a quelque mois, je vous avais indiqué que la Commission européenne avait lancé une consultation sur la PAC « Que doit être la nouvelle PAC 2020 ? ». 6000 français ont répondu à ce sondage : des agriculteurs, des associations… A votre avis combien d’allemands ont répondu ? 33 000… soit 5 fois plus que nous. Et ce alors que, comme cela a été rappelé, nous sommes le pays d’Europe qui a la plus grande surface agricole. Cet exemple est révélateur de la mobilisation que d’autres affichent pour se faire entendre. Dès lors, il faut saisir l’opportunité de ces assises pour faire entendre notre voix. Je sais que cela demande de l’énergie et du temps. Mais je crois qu’il est important que pour ces assises nous fassions remonter des propositions qui émanent d’un département où il y a des exploitations de taille moyenne, où il n’y a pas que des exploitations de 400, 500 ou 600 hectares comme on peut voir dans la Beauce, où l’on peut vivre d’une agriculture familiale, comme on l’a vu sur le comice et comme on va le voir ce soir au marché gourmand qui est une excellente vitrine gustative pour tout ce qui se produit ici sur ce canton, pour que nous puissions défendre ces territoires et ces produits.

La dernière chose que je voulais ajouter c’est que dans moins de cinq jours il y a la rentrée scolaire. J’invite l’ensemble des parents et des enfants qui ont envie de bien manger à aller voir leurs élus pour leur dire que dans les cantines scolaires on peut aussi faire travailler les producteurs locaux.

Je sais qu’il y a des appels d’offres et que les procédures sont compliquées mais le Conseil régional d’Occitanie le fait au moins une fois par mois dans les lycées de la région, la Mairie de Toulouse le fait puisqu’elle distribue 130 000 repas dans ses cantines tous les jours, je crois que la Mairie de Montauban veut s’y mettre aussi…  Il faut que dans les collèges aussi vous puissiez dire à vos élus que vous voulez aussi pouvoir, au moins une fois par mois, manger 100% tarn et garonnais. dans nos collèges, nos lycées et nos écoles. C’est à la fois bon et utile pour les agriculteurs de notre département.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s