La création en Tarn-et-Garonne avec le festival Offenbach de Bruniquel

J’ai déjà eu l’occasion de dire quelques mots du festival Offenbach de Bruniquel, mais je voudrais y revenir dans ce post car ce festival est pour moi un vrai « coup de cœur ». Il y a en France 2 festivals qui mettent à l’honneur Offenbach : celui de Bruniquel est l’un d’eux. Pour son édition 2017 (la 21ème !), il a choisi d’interpréter et de jouer Orphée aux enfers.

Pour beaucoup d’entre nous, la légende d’Orphée est liée à Eurydice, son épouse qu’il tente d’aller rechercher au royaume des morts. Pour la sauver, Pluton le dieu des enfers, lui impose de la précéder sur la route vers le monde des vivants, sans jamais se retourner avant d’avoir rejoint la terre. Mais Orphée n’a pas respecté cette condition, et Eurydice se voit condamnée à rester à jamais dans les souterrains de l’enfer.

Offenbach voit les choses un peu différemment et a pris le parti de faire de son Orphée une satire de la mythologie, en imaginant un autre scenario, plus grinçant sur l’hypocrisie qui consiste à « sauver les apparences » comme le demande l’opinion publique et qui met au pas tant les mortels que le tout puissant Jupiter. Cette opinion publique est tellement puissante qu’Offenbach en fait un personnage à part entière dans son opéra !

Ce parti pris, décalé par rapport à la mythologie, est incroyablement bien rendu dans la mise en scène réalisée par Frank T’Hézan, que ce soit dans sa représentation de l’Olympe où pour Jupiter « les faibles mortels ont l’œil sur nous ! Sauvons les apparences au moins ! Sauvons les apparences ! Tout est là ! » faute de quoi « L’Olympe s’en va ! vous le perdez par vos inconséquences », ou encore dans la métamorphose en mouche du personnage de Jupiter. Cette mise en scène fut un vrai régal !

Autre régal : les voix du festival. Les 10 jours de Bruniquel sont un concentré de talents lyriques et musicaux qui viennent de toute la France, après avoir égrené pendant l’année les plus grandes scènes musicales. Au total, 13 solistes se sont retrouvés sur scène :

A ces 13 solistes se sont joints l’orchestre et de très nombreux bénévoles-artistes-amateurs à qui Frank T’Hézan offre pendant 3 semaines l’opportunité de monter sur scène.

Enfin, bien sûr, l’after avec les tables d’hôte qui mettent à l’honneur les saveurs locales : les grillades de la ferme de Calvignac à Saint-Vincent d’Autéjac et les vins des Coteaux du Quercy.

Merci à TF1 qui lors du JT de 20h du samedi 5 août, a zoomé sur cette belle création. Voici le lien

Quelques photos en souvenir des soirées du vendredi 4 et du dimanche 6 août, avec l’after

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s