Hôpital de Montauban : les salariés sacrifiés sur l’autel de la mauvaise gestion

Hopital Montauban rapport chambre regionale des comptes

Rapport de la cour des comptes sur l’hôpital de Montauban : Les salariés sacrifiés sur l’autel de la mauvaise gestion

Les chiffres mentent rarement. Ils mentent si peu que la direction de l’hôpital et la Présidente du conseil de surveillance, Brigitte Barèges, n’ont pas transmis de « réponse écrite dans les délais prévus » comme le note le Président de la cour régionale des comptes.

Car le constat est accablant. On lit dans le rapport que « la gestion des ressources humaines a montré de graves insuffisances » à tel point que l’hôpital a eu recours à des médecins intérimaires « recrutés à des tarifs exorbitants ». En tête de ce constat : le pôle urgence anesthésie qui a multiplié par 30 – en 3 ans !!!!- le coût de l’intérim dans ses services, pour un montant qui dépasse désormais les 1,6 millions d’euros.

Ensuite sur le plan humain : la Cour demande à la direction d’avoir « une réflexion sur les mutations nécessaires ». Or chacun sait bien qu’il n’est pas réaliste de demander à un intérimaire de s’investir dans un projet de long terme. Chacun sait aussi qu’un tel recours à l’intérim, médical et para médical, fragilise l’organisation, ce qui créé de la souffrance au travail chez les personnels qui subissent atterrés la situation. Autre facteur de déstabilisation : l’absence de ligne directrice claire de la part des dirigeants actuels.

L’Etat a pris ses responsabilités. En 2013, j’ai convaincu la Ministre de la Santé de débloquer 3 millions d’euros de rallonge supplémentaire. L’argent a été versé, comme le note la Cour des Comptes. Mais à chaque fois que l’Etat donne de l’argent en plus, ce sont les Français qui sont mis à contribution. Cet argent doit donc toujours être utile. Manifestement ce n’est pas ainsi que la Présidente du Conseil de surveillance, Brigitte Barèges, l’a entendu.

Lien vers l’article de la Dépêche du Midi

Conseil municipal du 23 juin 2015

Nous, élus de l’opposition, élus de « Montauban demain », en avons voté un grand nombre dans un état d’esprit constructif et dans l’intérêt des Montalbanaises et des Montalbanais.

Parmi les délibérations que nous avons votées, figure le contrat de ville par lequel l’État délègue aux collectivités locales la mise en oeuvre de la politique de la ville moyennant financement. Des crédits sont ainsi attribués et notamment 1,5 million d’euros via le programme Anru pour la rénovation urbaine.

En revanche nous n’avons pas voté les comptes 2014. En effet, concernant les finances de la ville, nous avons posé tout au long de l’année des questions qui n’ont pas reçu des réponses qui nous ont paru satisfaisantes. Par ailleurs les récents événements ayant conduit au placement sous contrôle judiciaire de Madame le Maire au motif de présomption de « détournement de fonds publics » nous interpellent sur la sincérité des comptes.

Nous nous sommes également abstenus sur la programmation culturelle 2015-2016 présentée sans le moindre détail.  Il était impossible pour nous de « signer un chèque en blanc » à Madame le Maire qui a annulé à sa seule initiative le Festival de jazz et Alors chante, deux festivals trentenaires.

Pauline Blanc

Carole Garcia

José Gonzalez

Valérie Rabault

Gael Tabarly

 

51ème salon du Bourget : le 82 en piste… et une visite présidentielle

15062015 Le Bourget F 3

Le salon du Bourget est la plus grande manifestation au monde pour l’industrie aéronautique. Il se déroule tous les 2 ans … et tous les 2 ans, il offre aux curieux et amoureux de l’aviation l’occasion de découvrir des petites merveilles. Je dois avouer que je fais partie de ces curieux et de ces amoureux, et que je trouve incroyablement magiques les démonstrations dans les airs de la patrouille de France, du Rafale ou du majestueux A380. Rafale, A400M, A380, A350… tous ces avions ont un point commun : ils émanent de la recherche et de l’innovation française et européenne. Ce sont cette recherche et cette innovation qui ont permis à Airbus de rivaliser voire de dépasser Boeing, ce sont elles qui ont permis la création d’emplois sur nos territoires. Rien que pour Midi-Pyrénées, il s’agit de près de 55 000 emplois salariés.

Bien sûr, au salon du Bourget, il y a les têtes d’affiche. Mais ces têtes d’affiche ne seraient rien sans le savoir faire, l’expertise, la persévérance de milliers de PME qui participent à cette grande aventure. Hier ce sont celles de Tarn-et-Garonne que je suis allée voir : Farella (Montauban), Gillis (Moissac), Sibi (Montauban) et Gilbert (Reyniès).

Sur le stand de Farella :

15062015 Le Bourget F6

Sur le stand de SIBI avec l’entreprise Gilbert :

15062015 Le Bourget F2

Le stand de Gillis

15062015 Le Bourget F5

Au gré du parcours, il y eut une petite surprise de taille : la rencontre presque « par hasard » avec le Président de la République, François Hollande. Je lui ai ai remis la plaquette de Farella (Montauban) et lui j’ai proposé de dévier quelque peu de son parcours officiel – au grand dam du service du protocole – pour passer sur le stand de Gillis (Moissac) où il a pu saluer le président de l’entreprise Serge Dumas.

..avec le Président de la République, en se dirigeant vers le stand de Gillis

15062015 Le Bourget F4

Dernier né : l’hélicoptère H160 d’Airbus qui fera son 1er vol d’essai cette année

15062015 Le Bourget F 1